L’orgue

Les archives de Brie relatent qu'un orgue fut installé sur une tribune, au milieu du XVIe siècle, une fois achevée la restauration de l'église.

En 1604, un relevage de cet instrument fut confié à Nicolas Pescheur, puis en 1629 un marché fut passé à Pierre Pescheur « pour faire ung jeu d'orgues à neuf... en la dicte église au lieu de celles qui y sont ».

Pierre Pescheur (1590-1640) était le fils du facteur d'orgues Nicolas Pescheur. C'est auprès de lui qu'il a appris son métier, mais aussi auprès de Valeran de Héman. Il se fait connaître avec la rénovation de l'orgue de la cathédrale d'Amiens vers 1620.

Ecoutez
Grand plein-jeu continu du Premier ton de Jacques Boyvin, donné sur l'orgue de Brie par Jean-Pierre Baconnet (enregistrement public, juin 1998).

 


Détail du décor de l'orgue de Brie

Considérablement modifié au cours des XVIIe et XVlIIe siècles, l'orgue de Pescheur, qui comportait 14 jeux sur un clavier avec pédale de flûte, fut étendu à trois claviers. En 1773, un marché de reconstruction et d'agrandissement fut passé avec Lépine. L'importance de ce nouvel instrument rendit nécessaire l'ajout d'un quatrième soufflet et c'est sans doute à ce moment que, par manque de place à la tribune, la soufflerie fut déplacée dans un local isolé spécialement aménagé dans les combles. Celle-ci est aujourd’hui classée.

Alors qu'il avait survécu aux destructions de la Révolution, L'orgue de Lepine fut vendu en 1866, Seules la soufflerie et la façade du Positif furent conservées. (A.O.B.)