La façade

 

La face occidentale de l'église est la seule que l'on puisse admirer dans son intégralité, à partir du parvis de l’église.

Par la nature de la pierre et les caractéristiques du décor, la façade présente deux périodes d'architecture bien distinctes .

La partie centrale, encadrée par deux contreforts, s'élève sur quatre niveaux . Ces contreforts sont de style XII-XIIIe siècles sur les deux premiers niveaux, leurs parties supérieures étant de style Renaissance.

 


La façade ouest sur le parvis.

La rupture entre les deux styles, très lisible par les qualités de pierres différentes, n’est pas rectiligne et permet d’évoquer une réparation ayant respecté les parties encore existantes.


Décor de l’arc brisé à trois voussoires surmontant l’arc segmentaire.

Le grand portail occupe le niveau inférieur.

Large de 3,80 m, l'entrée principale de l'église est encadrée de piédroits à trois colonnettes supportant des chapiteaux ornés d’un feuillage à crochets.

La porte est couverte d'un arc brisé formé de trois voussures .

 

Le style des chapiteaux et des socles à griffes des colonnettes permettent de dater cette partie de la fin du XIIe - début du XIIIe siècle. Le tympan nu, sous l'arc brisé, est porté par un arc segmentaire .

Celui-ci a peut-être remplacé, au XVIIIe siècle, un linteau droit : il était en effet de coutume, au XIIIe siècle, de diviser l’ouverture d’un portail en deux parties par un trumeau portant un linteau droit.


Le deuxième niveau est occupé par une galerie composée de quatre arcades en plein cintre de style Renaissance (XVIe siècle).

Le troisième niveau (XVIe siècle) est percé d’une rose découpée en deux couronnes concentriques à douze pétales, entourant un oculus. L'arc de décharge plein cintre qui la surmonte est porté latéralement par deux pilastres .

Les écoinçons sont décorés de rinceaux


Chapiteaux des colonnettes, ornés de feuillage.


Oculus du pignon.

Le quatrième niveau est séparé de la rose par une corniche à modillons sculptés .

Une balustrade protège un étroit passage qui longe le pignon percé d'un oculus quadrilobé. Au sommet s'élance une modeste croix de fer.

La partie gauche de la façade est percée du petit portail surmonté d'un oculus. La porte est encadrée de deux colonnettes de style XII-XIIIe siècle. Le petit contrefort, à l'extrême gauche, a été repris au XVIe siècle..


La partie droite de la façade est occupée en grande partie par une tourelle, engagée dans le contrefort, s’élançant sur les quatre niveaux. Son plan est octogonal sur les deux premiers niveaux datés du XII-XIIIe siècle, puis circulaire jusqu’à son sommet, avec un décor Renaissance. La tourelle d’escalier est coiffée d’une toiture d’ardoise en poivrière.



Décor Renaissance de la tourelle d’escalier.

Une baie du XVIe siècle, encadrée par la tourelle à sa gauche et un petit contrefort du XVIe siècle à sa droite, a été obturée par l’établissement d’une boiserie à l’intérieur de l’église.