Le clocher

 

Le clocher, qui s’impose depuis le bas de la rue de l’Eglise, est planté au chevet de l’édifice, sur la dernière travée du bas-côté nord.

Les piles qui le supportent sont les plus importantes de l'édifice, comme on pourra l'observer à l'intérieur de l'église.

De base carrée, le clocher s’élève à 64,57m entre des doubles contreforts à chaque angle.

L'étage du beffroi des cloches est marqué par une mouluration à crochets. Entre les contreforts, s’élancent des hautes baies doubles ornées de colonnes engagées et garnies de bagues.


Le clocher vu de la rue de l’église..

Etage du beffroi des cloches vu de l’ouest.

Le sommet de la maçonnerie est souligné par une corniche à fleurons.
A l’angle nord, la tourelle d’escalier , de forme circulaire, est éclairée par des jours en archères.

Une gravure de 1612 de Joachim Duwiert, montre un clocher surmonté seulement d’un petit clocheton et un tableau de Sauveur Le Conte (vers 1680) le représente également sans flèche.

Ce n'est, en effet, que vers 1780 que l’on ajouta la flèche actuelle très aiguë et de forme octogonale. Elle est flanquée aux angles de petits pyramidions.

Surmontée d'une boule, d'une croix et, à son sommet extrême, d'un coq, elle est couverte d’ardoises.

La petite flèche qui couvre la tourelle d’escalier est dominée par une boule en cuivre et une girouette en fer découpé représentant une tête de sanglier.

En 1819, l’entrepreneur Félix Picard, qui refit la toiture du clocher, plaça un parchemin dans la boule de la grande flèche, demandant une messe pour récompense. Ce parchemin fut retrouvé, bien des années plus tard, à l’occasion de restaurations.


Aspect du clocher vers 1680 (S. Le Conte)